mardi 14 janvier 2014

Mensonges sur le divan d'Irvin Yalom


Mensonges sur le divan
Irvin Yalom

Aux éditions Le livre de Poche, Mai 2013

Psychanalyste reconnu, Ernest Lash s’interroge sur ses méthodes : s’il se montrait plus proche de ses patients, la thérapie ne serait-elle pas plus efficace ? Lorsque la séduisante Carol Leftman vient le consulter, il pense avoir trouvé la personne idéale pour cette expérience – mais Carol, convaincue que son mari l’a quittée sur les conseils du thérapeute, a un tout autre projet : le piéger. Avec Mensonges sur le divan, Irvin Yalom explore la part d'ombre de la relation psychanalytique, qu'elle ait pour nom ambition, désir ou argent. 
Un éblouissant thriller psychanalytique.


Mon avis : 

En quelques lignes, Ernest Lash, psychanalyste est notre arroseur arrosé. Il avait pour habitude et depuis 5 années de suivre Justin, qui désirait se séparer de son aliénée de femme Carol, et coup de théâtre, du jour au lendemain, celui-ci lui fait comprendre qu’il ne souhaite plus continuer sa thérapie car il a enfin réussi à se séparer de sa femme… grâce à sa maîtresse. Cette nouvelle va refroidir notre psychanalyste, il décide alors, après cette déception, de tester sur sa nouvelle patiente une nouvelle forme de thérapie basée sur l’échange sincère entre le psy et son patient. Sauf que voilà, cette nouvelle patiente choisie n’est d’autre que l’ex femme de Justin ! Persuadée que le départ de son mari a été encouragé par Ernest Lash, elle décide de se venger. Les choses drôles commencent…

En parallèle nous avons plusieurs personnages intéressants comme le superviseur, à savoir Marshal Streider qui est le psychanalyste du psychanalyste Ernest Lash. Lequel est arrogant et bien naïf. Les amies de Carol et leurs maris, l’ami d’Ernest : Paul, le sage...
Bref un puissant et superbe chassé croisé entre tous ces personnages va s’opérer et rendre les situations comiques.

A peine arrivée à la moitié du bouquin je savais que j’avais une pépite dans les mains. Un livre comme je les aime, fluide, captivant, intelligent, réfléchi, drôle et pédagogue. Le travail de traduction est très bien réalisé, le texte est structuré, les phrases très bien menées et ficelées et le vocabulaire choisi. L’auteur dévoile une histoire passionnante avec des personnages tous plus intéressants les uns que les autres, aux caractères forts.

Il y a là deux formes d’écriture, celle du documentaire qui nous expose les méthodes de psychanalyse grâce à une vulgarisation de la psychologie, on découvre également les failles d’un système finalement fragile. Le constat est tel, un psychothérapeute est avant tout un être humain, il est donc en proie au doute et aux pensées interdites, malgré sa profession qui exige un professionnalisme sans défaillance. Et celle de l’émotion, portée notamment par les personnages et les situations cocasses.

J’ai adoré la façon dont l’auteur nous plonge dans cette aventure. Le lecteur est omniprésent du début à la fin et suit avec palpitation l’histoire de chaque personnage et découvre leurs pensées les plus intimes et confidentielles.

Pour ma part il est rare que le style d’écriture d’un auteur me marque mais celui d’Irvin Yalom ne m’a pas laissé indifférent. C'est un roman fluide, sans temps mort, j’ai été bercée par la facilité et la légèreté des phrases. Ce livre qui a pour thème la psychologie est enchanteur car Irvin Yalom manie brillamment et méthodiquement les mots.

L’auteur est bien placé pour traiter ce sujet puisqu’il a été lui-même psychothérapeute. Il nous fait part du monde de la psychanalyse telle qu’il l’a connaît. Entre vices et manipulations, l’écrivain explore la face sombre de la psychanalyse à travers ces personnages et leurs histoires. Ce livre regorge d’humour, de vérités pertinentes et de génie.

Pour résumer, je me suis régalée et j’ai dévoré ce roman avec délectation. La réédition des éditions Le livre de poche a fait que je me suis laissée tenter (grâce notamment à sa jolie couverture) par ce "thriller" psychologique.La première publication de ce roman est de 1996.
C’est certain, j’irai avec plaisir découvrir d’autres romans d’Irvin Yalom.

4,8 / 5

« - Ne voyez-vous donc pas que vous êtes trop impliqué ? Qui a dit que l’objectif de la thérapie était d’être toujours honnête, que soit le sujet ? Non, le seul et unique objectif, c’est de toujours agir pour le bien du patient. Si les psychothérapeutes commencent à ne plus respecter les consignes fondamentales, à faire ce que bon leur semble, à improviser au petit bonheur la chance et à toujours dire la vérité, imaginez un instant la situation… Ca serait le chaos. »