dimanche 1 décembre 2013

Découverte de la littérature espagnole avec l’auteur Carlos Ruiz Zafon.

Série Le Cimetière des livres oubliés

Ces trois volumes peuvent être lus dans n’importe quel ordre mais je conseille de suivre celui-ci afin d’y saisir tous les détails et révélations.

L’Ombre du vent,  Grasset, 2004


Dans la Barcelone de l'après-guerre civile,  marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon - Daniel Sempere, le narrateur - dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L'enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d'occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y " adopter " un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets " enterrés dans l'âme de la ville " : L'Ombre du Vent. Avec ce tableau historique, roman d'apprentissage évoquant les émois de l'adolescence, récit fantastique dans la pure tradition du Fantôme de l'Opéra ou du Maître et Marguerite, énigme où les mystères s'emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafon mêle inextricablement la littérature et la vie.

Mon avis : L’histoire prend forme lorsque Daniel pénètre dans ce lieu arcane et romanesque : le Cimetière des livres oubliés. Il sauve un livre et découvre l’auteur Julian Carax. Un auteur nimbé de sombres et obscurs mystères. Daniel part à sa recherche en quête de vérité. Carlos Ruiz Zafon nous bouleverse avec un roman poignant et énigmatique. Un texte subtil et parfaitement mené, sans temps mort. Le décor planté d’une Barcelone d’après guerre nous plonge dans une atmosphère sombre et inquiétante.  


5/5

"Le destin attend toujours au coin de la rue. Comme un voyou, une pute ou un vendeur de loterie: ses trois incarnations favorites. Mais il ne vient pas vous démarcher à domicile. Il faut aller à sa rencontre."



 Le jeu de l’ange, Robert Laffont, 2009



Dans la turbulente Barcelone des années 1920, David, un jeune écrivain hanté par un amour impossible, reçoit l'offre inespérée d'un mystérieux éditeur : écrire un livre comme il n'en a jamais existé, "une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d'être tués", en échange d'une fortune et, peut-être, de beaucoup plus. Du jour où il accepte ce contrat, une étrange mécanique de destruction se met en place autour de lui, menaçant les êtres qu'il aime le plus au monde. En moyennant son talent d'écrivain, David aurait-il vendu son âme au diable ?

Mon avis : Carlos Ruiz Zafon manie avec brio le mélange des genres, toujours romanesque, intriguant, romantique, énigmatique… L’auteur nous présente Daniel, une nouvelle vie qui va être aussi bouleversée par  le Cimetière des livres oubliés. La famille Sempere fait également partie de l’histoire et nous retrouvons avec plaisir les personnages de L’Ombre du vent. Je trouve que cette façon d' écrire est propre à Carlos Zafon, ingénieuse et délicate. J’ai beaucoup aimé le retour au Cimetière des livres oubliés.

5/5

« Je n'ai jamais été religieux. Je ne suis ni croyant, ,ni incroyant, je doute. 
Le doute est ma foi.”


Le Prisonnier du ciel, Robert Laffont, 2012




Barcelone, Noël 1957. À la librairie Sempere, un inquiétant personnage achète un exemplaire du Comte de Monte Cristo. Puis il l'offre à Fermín, accompagné d'une menaçante dédicace. La vie de Fermín vole alors en éclats. Qui est cet inconnu ? De quels abîmes du passé surgit-il ? Interrogé par Daniel, Fermín révèle ce qu'il a toujours caché. La terrible prison de Montjuïc en 1939. Une poignée d'hommes condamnés à mourir lentement dans cette antichambre de l'enfer. Parmi eux Fermín et David Martín, l'auteur de La Ville des maudits. Une évasion prodigieuse et un objet volé. Dix-huit ans plus tard, quelqu'un crie vengeance. Des mensonges enfouis refont surface, des ombres oubliées se mettent en mouvement, la peur et la haine rôdent. Foisonnant de suspense et d'émotion, Le Prisonnier du ciel nous rapproche pas à pas de l'énigme cachée au coeur du Cimetière des Livres oubliés.


Mon avis : Un troisième volet à la hauteur des deux précédents où l’auteur y mêle courage et poésie. On apprend à mieux connaître Fermin, on retrouve Daniel qui a bien grandi et mûri et toujours cette mystérieuse Barcelone. Viens s'ajouter la terrifiante et angoissante prison de Montjuïc. Encore un excellent moment de lecture. Je pense et j’espère qu’il y aura un quatrième volet car C. Ruiz Zafon semble avoir planté un décor parfait pour amener celui-ci… à suivre !

4,5/5

“Il est des époques et des lieux où n'être personne est davantage honorable qu'être quelqu'un.”


Si vous ne connaissez pas la littérature espagnole voici des livres à lire absolument. 
Carlos Ruiz Zafon a été ma plus belle découverte littéraire 2012 - 2013.