mardi 15 avril 2014

Deborah Harkness, All souls trilogies #1, #2

Le livre perdu des sortilèges (#1)
Deborah Harkness

Le Livre de poche, Mai 2012
Diana Bishop a renoncé depuis longtemps à un héritage familial compliqué pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu’au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : l’Ashmole 782. Elle ignore alors qu’elle vient de réveiller un ancien et terrible secret – un secret convoité par de nombreuses et redoutables créatures. Dont Matthew Clairmont. Un tueur, lui a-t-on dit. Malgré elle, Diana se retrouve au coeur de la tourmente.

Mon avis : A lire absolument, car tout simplement génial, de A à Z ! L’auteur(e) nous fait oublier le temps et nous plonge dans son univers incroyable, rempli d’amour, de poésie et de mystère ! J’ai aimé les références littéraires, historiques et scientifiques de Deborah Harkness. Le tout mélangé au genre fantastique, le melting - pot parfait ! 
Je n’ai pu lâcher ce livre tellement il est passionnant. Diana Bishop et Matthew Clairmont sont les deux personnages principaux et les plus attachants, ils ont deux caractères complètement différents. Diana est courageuse, curieuse et spontanée et Matthew sombre, protecteur et décideur. La relation qu’ils développent tout au long du roman est tout simplement romantique et passionnée mais impossible aux yeux des autres créatures. Ils vont se battre pour protéger leur amour mais aussi un livre secret qui pourrait contenir la vérité sur les sorcières, les vampires et les démons.
Petit point négatif : je trouve que l'auteur(e) "sacrifie" (ou néglige) un peu la quête, de Diana et Mattwew, du livre perdu des sortilèges (l’Ashmole 782). 
Mais on sent que D. Harkness prend le temps d’installer son décor, ses personnages, son histoire pour, je pense, en imprégner le lecteur.

4,75 / 5

« Personne ne veut vraiment garder des secrets, pas même les morts. Les gens laissent des indices partout, et si on y prête attention, on peut les remettre dans le bon ordre. »



L’école de la nuit (#2)
Deborah Harkness

Le Livre de poche, Septembre 2013
Diana Bishop, jeune historienne héritière d'une puissante lignée de sorcières, et le vampire Matthew Clairmont ont brisé le pacte qui leur interdisait de s'aimer. Quand Diana a découvert l'Ashmole 782, un manuscrit alchimique, à la bibliothèque d'Oxford, elle a déclenché un conflit millénaire. La paix fragile entre les vampires, les sorcières, les démons et les humains est désormais menacée. Déterminés à percer le mystère du manuscrit perdu, et tentant d'échapper à leurs ennemis, Diana et Matthew ont fui à Londres... en 1590. Un monde d'espions et de subterfuges, qui les plonge dans les arcanes du passé de Matthew et les confronte aux pouvoirs de Diana. Et à l'inquiétante École de la nuit.

Mon avis : Et voilà encore une suite superbe ! La quête du livre perdu des sortilèges reprend mais cette fois au 16ème siècle ! 
Je me suis régalée surtout à partir de la moitié du livre où l’histoire est vraiment centrée sur l’Ashmole 782 et sur les pouvoirs de Diana. J'ai eu un peu peur car le début est un peu lent avec peut être trop de détails concernant des évènements de second plan et puis mi-roman le rythme s’accélère comme les évènements et rebondissements, impossible de lâcher le livre à partir de ce moment là !
J’ai retrouvé le style de Deborah Harkness avec beaucoup de plaisir, j’adore son style d’écriture, tout est fluide, l’histoire est très bien menée et passionnante. En plus d’être pris par l’histoire fantastique on découvrir également la vie du XVIème siècle, les mœurs, les coutumes, les costumes… et les personnalités de l’époque comme W. Shakespeare, Elisabeth Ier, Mary Sidney…
J’ai trouvé génial la façon dont Deborah Harkness redonne vit à ces personnages qui ont marqué l’histoire. 
Pour résumer, un très bon second tome, avec beaucoup de surprises, de rebondissements, de découvertes et d’originalité.
Le troisième tome devrait sortir cette année en VO ! L'attente est longue...

4 / 5


« Ils nous craignent parce que nous sommes différentes. La peur donne naissance au mépris, puis à la haine. C'est une histoire éternelle. »